du vent

Publié le par naejlou

Dans la période des saints de glace et des culs gelés, il est inutile d' espérer des journées assurément  très ensoleillées et surtout tiédes voire chaudes . Même dans ce sud de la france entre provence et languedoc où terre et mer de même niveau se mélangent sans complexes et s' éparpillent en marais, en étangs .
 La fraîcheur  matinale ou crépusculaire bien mariée à un vent violent de terre, ici en Camargue, le Mistral s'il vous plaît,( respect ! ) offre cet avantage non négligeable à celles et ceux qui ont horreur des petites bêtes de tenir les moustiques en respect .
Par contre, dès qu' à pieds, (et pas des clapiers, mon lapin) vous vous attardez  derrière une haie protectrice, où Eole perd soudain de sa superbe et semble avoir des poumons de fumeur de 30 ans d'expérience, essoufflé comme un coureur cycliste du tour de france dans le col du Tourmalet, privé à l'insu de son plein gré de sa dose quotidienne d' EPO stimulant , là, à cet instant vous vous mettez en danger .
Il n' y aura qu' une femelle peut être, moustique, qui viendra vous énerver les oreilles de son petit chant agaçant,  vous avertissant de l' imminence de l'agression. Ce sera suffisant pourtant.
Vous la sentirez cette horreur, de ses petites ailes bruyantes, vous frôler la peau du cou, des oreilles, du front . Vous ne saurez jamais à quel endroit ni à quel moment la bestiole vicieuse viendra vous planter son tuyau d'aspirateur dans une infime parcelle de votre si douce et fragile peau de printemps et vous sucera avidement à s' en faire péter la bedaine d'insecte enceinte . (oui, il n' y a que les femelles qui piquent pour faire plein de petits mousticons ou moustiquettes)
A noter que les moustiques ne piquent pas le saucisson, ni le boudin, ni les viandes mortes dont le sang est modifié.
Evaluons  donc la situation : vent fort pas de moustiques, passage à l'abri c'est foutu .
 Elles attendent là . Derrière la haie, planquées, prêtes à bondir, vous tournent autour, un vol à gauche, un vol au dessus, un derrière, un devant , un à droite, dessous, partout; impossible à repérer tellement l'insecte est incertain et machiavélique. Et vous bataillez de vos petites mains autour du visage, pantin à l'allure ridicule, combattant  vain et désarticulé de l' insaisissable minuscule anthropophile.
Et puis l' instant de quelques secondes la musique maudite disparait !  oufff ; vous vous croyez sauvés; que nenni ma foi, erreur !! vous êtes déjà fichus! ce n'est que le répit avant le calvaire .
Le mal est fait, irrémédiable car dans ce calme apparent apparait justement et pernicieusement la douleur de la démangeaison qui caractérise le triomphe du moustique.
 A ce moment la bestiole, violeuse de l'intimité de votre peau, s' est déjà échappée gonflée de votre rouge et nourrissante substance; mais c'est là que vous ressentez l'effet de sa piqure .
Et c' est peu dire; le picotement désagréable s'accuentuera à en devenir démangeaison irritante, obsédante irritation, insoutenable grattement qui pourront vous perturber jusqu'à une demie heure dans votre confortable vie de touriste enthousiaste. Et merde ! jurez vous enervés... la prochaine fois je partirai dans le désert ! ou je loue un DVD
Alors vite vous quitterez les haies protectrices pour vous envoler dans les rafales fraiches et bienveillantes du Mistral . Et ce vent que vous maudissiez tant quelques heures auparavant vous deviendra presque amical .
Allez, emportez la citronelle avec vous, couvrez vous bien, encouragez Eole à vous accompagner et oubliez les moustiques, la Camargue vaut bien quelques sacrifices .
Au revoir

ps: laissez vous aller de temps en temps dans votre chambre, si vous êtes dérangé(e)s la nuit par l'insecte qui vous aura piqué(e) et réveillé(e)
à le pourchasser et à l'écrabouiller avec un plaisir vengeur, sur le mur de peinture propre et claire; vous obtiendrez ainsi un joli tableau miniature composé de la bestiole aplatie dans une tache de votre rouge sang ...



Publié dans textes et photos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fabienne 03/05/2009 18:55

allons, allons! oublie la citronnelle, tu aurais le coeur d'empêcher une vaillante mère de famille de se nourrir et d'alimenter ses rejetons :-)))
big bisous

véronique 02/05/2009 14:00

tu verras ce soir il n'y aura ni vent ni moustique juste la douceur de la fête ...