fisch

Publié le par naejlou

bonjour, soir, nuit

les pieds pendus aux fonds glacés
la tête perdue dans l'horizon penché
j'écoutais les cris blessants
des mouettes, des grands goélands
cruels à déchirer l'air des silences
de mes rêves sur l'eau en balance
la main des pêcheurs
sans faiblir indifférente
sentait les becs prudents
frôler le pain de leur labeur
et ce bâteau oublié au quai
quelques heures auparavant
alors d'un peu de majesté brillait
emportant sur le pont salé
mon enfance de voyages rêvés











Publié dans prose pause

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article