en 365 mots

Publié le par naejlou

bonjour, soir, nuit  


voilà la dernière de cette année . 

sans envie d'épiloguer en littérature sur  cette accumulation de  jours, à en faire un tas  de 365, comme les  bonbons, des bons, des colorés, des pas bons, des acidulés, des cons, des fondants, des trop sucrès, des collants aux dents, des mielleux, des moelleux, des durs, des salés, des mous, des tendres, des épicés et pis c'est tout ...

C'est une année  passée qui  m'a cassé les  bonbons, pas facile, pas gracile,  pas docile, imbécile, futile, la liste n'est pas exhaustive, pour cette année votive, tant qu'à la fin je me demande ce qui me motive  si ce n'est  le mot ivre de sons, de couleurs, de parfums, de battements de votre coeur, de regards vers l'ailleurs, ici  où s'arrête votre oeil distrait, aspiré, inspiré, fair play, impatient, imprudent, exigeant, tolérant, arrangeant, nonchalant, indulgent, amusé, abusé, trompé, heureux, chaleureux, fatigué, triste, alarmiste, gai, joyeux,  peureux, aventurier, à vouloir aller voir ce qui n'est pas à regarder, à vouloir regarder là où il n'y a rien à voir, à pouvoir penser ce que vous avez vu, lu, vous ici nu(e)s arrivé(e)s et d' oripeaux ou d'or et d'argent reparti(e)s ou l'inverse.

Sur ce lieux , ce rendez vous où se construisent, se désolent et se détruisent des mondes sans importance, sans éloquence, des mondes paralléles tordus, dissonnants, vous voilà légers, ou fidèles, garcons, moqueurs, hommes frivoles, sérieux,  jeunes femmes aux ventres doux, abondants ou froids, femmes discrètes et secrétes, douces de pensées, tueuses, vengeresses, amoureuses pour la vie entière d'un soir trop vite éteint, abandonnées, étouffées, adorées, vous voilà toutes et tous ici venu(e)s par hasard, habitude, sans autre certitude que celle que vous ne gagnerez pas en folie , protégé(e)s que vous êtes par cette distance virtuelle qui semble pourtant nous rapprocher, et par ma diligence à ne pas vous entraîner sans consentement dans mon univers, celui d'un homme ordinaire .
pins-et-neige--vercors.jpgC'est ainsi que cet endroit de recontres, d'échanges parfois, a tenu jusqu'en cette dernière soirée de 2007, petits pas par petits pas, pour vous, pour nous .
Demain?

le texte que vous venez de lire ou non, comporte 365 mots ouarffff


et pour terminer en beauté avant d'aller bringuer un petit texte qui date déjà de 2004


de votre bouche de cendres

                entendre la flamme se plaindre

                agonie du feu

                dans vos yeux de décembre

                voir sa lumière s'éteindre

                l'année s'en va      

                usée

                vous rêvez déjà

                sans pitié

                de janvier  

         

bonne fête de fin d'année, une pensée aussi  aux oublié(e)s, seul(e)s sans l'avoir désiré .

je  boirai ce  jour 
jusqu'à sa dernière goutte de lumière
je boirai ce  vin
jusqu'à sa dernière seconde de vie  




 

Publié dans textes et photos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
C'est vraiment beau ce que tu as écrit,tu es bonne,je t'envie.<br /> Bonne année 2008 avec tout ce que tu désires.Amitiés et bises
Répondre
N
je te remercie, saches que j'apprécie tout autant ton blog qui de si loin m'apporte des horizons nouveaux me fait visiter des espaces inconnus . merci encore pour tes passages . à bientôt avec plaisir
G
à lire et relire avant de commenter quoi que ce soit... ou pas, d'ailleurs ; le silence est un commentaire comme un autre, mais je viens saluer au moins l'exercice. ;-)<br /> Mientras tanto, je te souhaite juste que l'année à venir accroche un rien moins que celle qui s'achève. Bonne bringue au moins ?
Répondre
N
année musicale, partition à croches, à doubles croches, dièses, bémols, altérations, silences...  année en somme  .  merci pour ta présence   bises
S
Une année plein de bonheur pour toi mon chou.
Répondre
N
merci ma choute ; le plein de bonheur connaîtra t'il la même hausse que le plein d'essence? bisoussss plein
M
Bonne année
Répondre