écrire sans imagination

Publié le par naejlou





comment écrire quand l'imagination fait des faux, fait défaut ?


sans idées
voyons voir
sur le papier
le brouillard
opacité
inactive faculté
à inventer
malheureuse dérive
s'enfoncer

cet éclair
de lucidité
mon terrible
aveu du peu
du presque rien
presque il
imerceptible (imperceptible)
peu de je
jeu de peu
peur du jeu
de mots
qui les motive
ces lecteurs
électeurs
où les motions
de censure
ravivent
la blessure
la détresse
du gris bouilleur
de sans sens
écrire pour écrire
et crier sur l'encrier (à en crier sur l’encrier)
la faiblesse
l'impuissance
du gribouilleur
de papier




excuses avant d'aller ailleurs

j'ai fait une faute de frappe

lire imperceptible après presque il

bien qu'après "presque il" "imerceptible" n'était pas ridicule : mer ceptible, mère ceptible, père ceptible , dans la famille ceptible je voudrais le grand père avec son imper

 

Publié dans prose pause

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
"Ecrire c'est ébranler le sens du monde, y disposer une interrogation indirecte, à laquelle l'écrivain, par un dernier suspens, s'abstient de répondre.<br /> La réponse, c'est chacun de nous qui la donne, y apportant son histoire, son langage, sa liberté" Roland Barthes.
Répondre
N
fini, je n'écrirai plus alors car j'apprends à cet instant que je suis "ébranleur"!!!